Sélectionner une page

La Sainte Victoire

L’ombre de Cézanne planait en ce bel après-midi d’hiver sur le massif de la Sainte-Victoire et les couleurs semblaient s’être échappées de ses toiles afin de coloriser ce merveilleux paysage de terre provençale. Il faut aller flâner en ce lieu magique, écrin du lac de Zola et du lac du Bimont afin de comprendre ce que les randonneurs recherchent et ce que Paul Cézanne affectionnait tant…

D’ailleurs, voici quelques confidences de ce magicien des couleurs…

« Je vais au paysage tous les jours, les motifs sont beaux et je passe ainsi mes jours plus agréablement qu’autre part. »

Lettre de Paul Cézanne à son fils – Aix en Provence, 22 septembre 1906.

Comment s’y rendre ?

Parcours de randonnée

Le parcours de cette randonnée comporte des zones à risques avec le passage de certaines arêtes sommitales qui demandent la plus grande vigilance. Randonnée Passion tient à rappeler qu’elle ne saurait être tenue pour responsable en cas d’accident. Cette page a pour but le récit et non l’incitation.

Le sentier bien balisé et ce dès le départ du barrage du Bimont.
Laisser la voiture au lac du Bimont puis prendre en direction du barrage et le traverser. Juste à sa sortie, le chemin monte puis vous arriverez très vite sur une intersection à gauche à environ 200 mètres dudit barrage. Prendre alors en direction de votre gauche en suivant le balisage bleu ou mauve matérialisé par un trait horizontal. Suivre les panneaux “123 VTT” en remontant le sentier Imoucha en direction du sud-ouest du barrage du Bimont. Continuez le sentier en direction de la croix de Provence et des costes chaudes. Remontez en direction du Pas de l’Escalette (686 m) puis du pas du moine. Au pas du moine (767 m) alors le balisage rendra le libellé GR.09 . Suivre ensuite le .09 jusqu’au terme de la randonnée pour laquelle vous aurez opté.

L’histoire en question

D’est en ouest, présente, au sud, une face abrupte dominant le bassin de l’Arc tandis qu’au nord, elle s’abaisse doucement en une série de plateaux calcaires vers la plaine de la Durance. Un saisissant contraste oppose le rouge franc des argiles de la base au blanc des calcaires de la haute muraille, notamment entre le Tholonet et Puyloubier.
Malgré un incendie en 1989, la Sainte Victoire reste un lieu de promenade et d’escalade très prisé. Différents itinéraires permettent d’accéder à un prieuré (XVIIème), but de pèlerinage et à la croix de Provence, de là, la vue embrasse un magnifique panorama sur les montagnes provençales et les plaines vallonnées du pays d’Aix.
Une route permet de faire tout le tour de la montagne, offrant de superbes points de vue sur la Sainte-Victoire et de nombreux points de départ de promenades.

Cet itinéraire permet de visiter les petits villages dominés par la paroi abrupte de la montagne.Le Tholonet possède un château XVIIIème et les arches ruinées d’un aqueduc romain. Juste après, commence le parc départemental de Roques-Hautes, qui protège le versant ouest de la Sainte-Victoire. Saint-Antonin-sur-Bayon est dominé par une grande bastide du XVIIIème.
Sur un petit plateau, à proximité, se trouvent les restes de l’oppidum du Bayon. Point culminant : Pic des Mouches (1021 m). Puis à l’est, ce sont Puyloubier et Pourrières, entourés de vignobles. Au pied du versant nord de la Sainte-Victoire, se trouve le petit village de Vauvenargues, étiré le long d’un val verdoyant.
Le château, grande bâtisse carrée des XIV et XVIIème siècles, s’isole sur une butte. Il fut acquis en 1958 par Picasso, qui a été inhumé dans le parc. Plus de 6000 ha du massif de la Sainte Victoire sont classés depuis 1983. Initialement nommée montagne de la Victoire, elle a été sanctifiée au Moyen Âge par les chrétiens pour devenir la Sainte-Venture. Une chapelle a d’ailleurs été construite à son sommet au XIIIe siècle. Ce n’est qu’au XVIIe siècle que la montagne a pris son nom actuel pour une raison encore imprécise. Certains pensent qu’il s’agissait de franciser le nom provençal.

En 1989, un gigantesque incendie a ravagé la face sud sur 5000 hectares. De nombreuses plantations ont été réalisées afin de reboiser, mais la végétation a été très réduite, notamment les résineux. L’accès à la montagne est en grande partie interdit en période estivale.
En août 2000, Création du Grand Site Sainte-Victoire, syndicat mixte départemental labellisé «Grand Site de France», chargé de la mise en valeur et la protection du milieu naturel et culturel sur un territoire de près de 34 500 dont un site classé de 6.525hectares.

Enfin, Cézanne vint… Ses amis de collège, Zola et Baille, avaient , comme lui, soif de beautés naturelles. La ville-musée, la cité comtale ne les intéressait pas. C’est vers les champs qu’ils s’évadaient, la classe finie, et dans la montagne qu’ils s’aventuraient, parcourant sentiers, pierraille parfois, torrents, quand le temps ne leur était pas mesuré. Ces courses, Cézanne ne les oubliera jamais. Il les évoquera dans sa correspondance, tout au long de sa vie, comme autant d’heures bénies.

Données indicatives :

Dénivelée ++    →   +/- 654 mètres
Dénivelée —    →   +/- 654 mètres
Durée totale    →   06h30 jusqu’au Pic des Mouches. (A/R)

Randonnée du 21 décembre 2006

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *