Sélectionner une page

Le lac du Tourrat

S’il est un lac perdu en haute montagne servant de miroir au magistral Pic Long du Néouvielle culminant à 3192 m, c’est du lac Tourrat qu’il s’agit. Ses eaux d’un vert unique turquoise seront reposer le corps et l’esprit a quelques 2621 m d’altitude vers la tranquillité. Ce lac peut servir de lieu de repos, bivouac ou même de pique-nique vers une ascension du pic de Bugarret (3031 m) ou vers le pic Long (3 192 m), troizième plus haut sommet de nos Pyrénées françaises (intrafrontière)

Évasion haute en couleur pour cette randonnée en haute montagne au coeur du coloré massif du Néouvielle.

Comment s’y rendre ?

Depuis le village de FABIAN après ARRAGNOUET et SAINT-LARRY SOULAN en vallée d’Aure, prendre la D.929 puis la route qui mène à la réserve du Néouvielle et plus particulièrement au barrage et au lac de Cap de Long.

Parcours de randonnée

 

Le parcours de cette randonnée comporte des zones à risques avec le passage de certaines arêtes sommitales qui demandent la plus grande vigilance, ainsi que des passages à risque de chutes de pierres. Randonnée Passion tient à rappeler qu’elle ne saurait être tenue pour responsable en cas d’accident. Cette page a pour but le récit et non l’incitation.

Au départ du lac de Cap de Long, se garer au parking après le barrage puis rejoindre le début du sentier balisé le long du lac. Le sentier qui longe le lac de Cap de Long comporte une montée progressive partant de 2168 m vers 2350 mètres environ avant de redescendre vers le côté sud-est de la pointe du lac. Prendre en direction de la descente menant à l’angle sud-ouest du lac ou vous distinguerez le sentier escarpé menant au col de la hourquette de Bugarret. Après le lac, traversez le ruisseau de Cap de long qui mène  en amorce du sentier montant en direction du Col de Bugarret. Traversez les pierriers composés d’imposants blocs en direction de la Hourquette de Bugarret. Le sentier très praticable, mais abrupt en été est en accordéon jusqu’au col de Bugarret (2553 m). Au col, la vue est magnifique en direction des deux lacs de Bugarret et celui de Couyela Det Mey. Prendre le chemin descendant proche de la ligne de crête latérale gauche afin d’éviter les blocs de pierriers. Descendre en direction des lacs où le chemin à mi-descente devient plus lisible et praticable. En bas du sentier, prendre sur la gauche en remontant vers le pic long (3192 m) que vos appercevrez en longeant le ruisseau de Bugarret qui servira de fil conducteur afin de remonter ne direction du lac du Tourrat (2620 m). Depuis le lac du Tourrat, est envisageable l’ascension en direction du pic long (3192 m) ou/et du pic de Bugarret (3031 m). Le retour pourra s’effectuer par le même itinéraire que pour l’ascension.

L’histoire en question

Le lac Tourrat est un lac de la chaîne de montagne des Pyrénées françaises situé dans le département des Hautes-Pyrénées de la région Occitanie. Le lac a une superficie de 9,6 ha pour une altitude de 2619 m. Ce lac glaciaire est de montagne dont la formation se passe en trois étapes majeures :

1) À l’Éocène vers −40 Ma se forme la chaîne des Pyrénées suite à la remontée vers le nord de la plaque africaine qui entraîne avec elle la plaque ibérique. Cette dernière glisse alors sous la plaque eurasiatique située plus au nord, ce qui entraîne le plissement, le relèvement et le charriage des couches géologiques de la croûte terrestre4,5.

2) À partir du Pliocène puis surtout du Pléistocène, de −5 Ma à −10 000 ans, un refroidissement général du climat entraîne la formation de glaciers et d’une érosion glaciaire (vallées, cirques, moraines, ombilics, etc) dans toute la chaîne des Pyrénées6.

3) Depuis l’Holocène, à partir de −10 000 ans, un redoux climatique entraîne la disparition des glaciers et la formation dans leur sillage de nombreux lacs glaciaires qui sont de deux sortes7,8 : Le lac de verrou qui se forme dans un ombilic glaciaire formant un creux naturel et terminé par un verrou glaciaire rocheux. Le lac de moraine qui se forme derrière une moraine agissant comme un barrage naturel.

A propos de la réserve du Néouvielle, cette dernière dispose d’une superficie de 2 313 hectares, la réserve est située sur un plateau à plus de 1800 mètres de hauteur, au pied du pic de Néouvielle culminant à 3091 mètres. Plusieurs sommets entourent la réserve : le pic de Madamète (2657 m), le col de Madamète (2509 m), le pic d’Estibère (2663 m), le pic Dets Coubous (2647 m), le pic de Gourget (2619 m) et le col de Barrèges (2469 m) au nord, puis l’hourquette d’Aubert (2498 m), la brèche de Chausenque (2790 m), le pic de Néouvielle et le pic Ramougn (3011 m) à l’ouest, et enfin le cap d’Estoudou (2260 m) ainsi que le cap d’Esterdou (2296 m) au sud. A l’intérieur de la réserve, on peut également noter le pic d’Aumar, le pic d’Anglade (2511 m) et le soum de Monpelat (2474 m). Source Wikipédia

Données indicatives :

Randonnée effectuée le 30 juillet 2020.

Dénivelée ++    →   +/- 1541 mètres
Dénivelée —    →   +/- 1540 mètres
Durée totale    →    08h00 environ
Durée ascension    →   04h30 environ
Durée descente    →   03h30 environ
Kilométrage → environ 7,300 km
Dépense calorique    →   920 calories environ*

* Donnée à titre indicatif.

Randonnée du 30 juillet 2020.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *