Sélectionner une page

Le Pic Montcalm

Si un seul massif, le bien nommé massif de Montcalm se dresse et domine les Pyrénées Ariégeoises, trois belles montagnes s’enracinent sur son socle. Le Pic du Montcalm (3077 m), le Pic d’Estats (3143 m – rang n° 58 des cimes Pyrénéennes) et le Pic du port de Sullo (3072 m) incarnent les trois ténors Ariégeois. Seul, le Pic d’Estats s’érige en souverain absolu sur les toits de l’Ariège. Ces montagnes-là sont belles et procurent un enchantement visuel et de bien-être total. Réaliser ces trois 3000 mètres Pyrénéens restera à jamais une mémorable et très belle aventure.
Une odyssée haute en couleur…

Comment s’y rendre ?

Depuis Foix, prendre Tarascon sur Ariège puis ensuite la direction Vicdessos puis Auzat par la D.8. A Auzat prendre la direction Marc par la D.8. A l’arrivée à Marc, il vous faudra remonter sur la droite en direction du chalet du Montcalm puis longer le gave dénommé L’Artigue. Le chemin est goudronné, mais étroit et ensuite juste après la centrale électrique, vous arriverez au point de départ qui est le parking de l’Artigue en contrebas de la route et en bordure directe avec le gave.

Représentation satellite Google Earth

Parcours de randonnée

Le parcours de cette randonnée comporte des zones à risques avec le passage de certaines arêtes sommitales qui demandent la plus grande vigilance. Randonnée Passion tient à rappeler qu’elle ne saurait être tenue pour responsable en cas d’accident. Cette page a pour but le récit et non l’incitation.

Cette course est assez longue, car il y a plus de 2690 m de dénivelée (la descente est infernale). Il est vivement conseillé de la réaliser plus tranquillement sur 2 jours en s’arrêtant au refuge du Pinet (2224m).
À cette période il y avait de la neige à partir de 2700m. Il est plus confortable d’avoir les crampons et le piolet, car c’est un peu raide sur la fin et un peu gelée, mais on peut faire sans.
L’intérêt de cette course consiste à réaliser l’ascension des trois montagnes mythiques des Pyrénées Ariégeoises, telles que dans l’ordre le Pic de Sullo (3072 m), le Pic d’Estats (3143 m) et le Pic du Montcalm (3077 m).
Le sentier est très bien balisé, et ce, dès le départ du parking de la centrale électrique. Vous remonterez le parking afin de longer le gave l’Artigue en contre-haut de celui-ci, c’est à dire par le nord-ouest. Le chemin est très bien balisé et après quelques minutes de marche vous repasserez sur un pont de pierre (1203 m) de l’autre côté du gave. Vous remonterez en traversant le bois de Fontanal puis en prenant la direction du refuge de l’étang de Pinet. Le chemin est très bien balisé jusqu’au refuge de l’étang de Pinet que vous atteindrez après environ 3h20/3h40 de marche. Le refuge et l’étang de Pinet se trouvent à 2224 m d’altitude. Le deuxième jour, il est conseillé de partir très tôt vers 06h30 en été afin de remonter en direction de l’étang d’Estats à 2445 m. L’étang d’Estats se trouvant sur la droite et en contrebas du sentier cairné, il faut ensuite remonter vers l’étang du Montcalm à 2566 m. L’étang est à longer par la droite, vous apercevrez alors le Pic du Montcalm en direction de votre droite. Le chemin est toujours très bien balisé des fameuses couleurs rouges & blanches indiquant le chemin. À 2950 m, plusieurs sentiers se rejoignent, permettant ainsi de choisir sa direction. C’est à cet endroit que vous pourrez opter pour la descente en direction de l’étang d’Estats à 2736 m, offrant l’option de réaliser l’ascension du Pic du port de Sullo à 3072 m. A l’étang d’Estats, il est nécessaire de remonter en direction du Pic du port de Sullo. Le chemin est composé d’éboulis pour l’ascension finale. Le retour s’effectuera par le même chemin. Ensuite, l’accès au Pic d’Estats ne présente aucune difficulté majeure et est très bien cairné et balisé. Après le Pic d’Estats, à environ 40 minutes, le Pic du Montcalm s’offrira à vous. Il s’agit d’un sommet plat qui offre une vue merveilleuse sur toutes les Pyrénées orientales. Pour redescendre, vous pourrez alors reprendre le sentier par le refuge de Pinet mais afin de varier la randonnée et réaliser “la grande boucle”, vous pourrez redescendre en direction des tables du Montcalm. Attention cet itinéraire est particulièrement sportif avec des risques importants de s’égarer du sentier mal cairné, ou de prendre un autre itinéraire très aérien. Il faudra être particulièrement prudent à chaque instant de la descente afin de ne par vous égarer. Ensuite, une fois arrivé en bordure du ruisseau, le sentier est bien dessiné et cairné, et il vous faudra prendre en direction de la bergerie de l’Orris de Pujol à environ 1771 mètres. Il vous faudra ensuite bifurquer à gauche du rocher d’Artène à 1507 m afin de longer le bois Fontanal par le nord-ouest, et ce, afin de récupérer le point de départ de la randonnée et la centrale électrique de l’Artigue.

Une bien belle, mais très sportive randonnée.

L’histoire en question

Situé dans le département de l’Ariège au sud d’Auzat dans le Vicdessos, Il se trouve légèrement en retrait de la crête frontière. C’est le plus oriental des sommets pyrénéens dépassant 3 000 m entièrement en France. La Pique du Montcalm (comme il s’appelle en Ariège), la Pique d’Estats et le Pic du port de Sullo sont les trois principaux sommets de ce massif ariégeois, les deux derniers étant frontaliers avec l’Espagne et la Pique d’Estats étant le plus haut sommet (et donc le toit de l’Ariège). Il fait partie du Massif du Montcalm.Au pied du toit de l’Ariège, la vallée n’a pu survivre de son enclavement, que grâce à son activité industrielle intense; exploité dès le Moyen-âge, son minerai de fer en a fait sa réputation, et pendant longtemps sa richesse.

Située au-dessus de Sem, la mine de Rancié était considérée au XVIIIe siècle comme “le plus grand trésor des Pyrénées”. Elle générait à elle seule la quasi-totalité de l’activité de la vallée :

  • Mineurs pour l’extraction du minerai,
  • Muletiers pour son transport,
  • Forestier pour la coupe du bois et la fabrication du charbon, nécessaires pour la fonte du minerai (chaque forge engloutissait 100 hectares de forêts par an).
  • Maître de forges pour sa transformation (A Niaux, les Forges de Niaux, symbole vivant du savoir-faire passé),
  • Commerçants pour vendre le fer ou l’échanger contre les denrées nécessaires à la vie dans la vallée.

A côté de cela une agriculture de montagne et un pastoralisme intense, assuraient le complément d’activité de la vallée.

Le 18 juillet 1807, la première est réalisée par le grand botaniste suisse Augustin Candolle en service commandé, secondé par le guide Simon Faure.
En 1825 et en 1827 le Nantais Jean-Baptiste Corabœuf et le Rouennais Jean-Prosper Testu, deux officiers géodésiens viennent effectuer des travaux de triangulation.
C’est Henry Russell lui-même accompagné par Jean-Jacques Denjean qui effectuent la première de la pique d’Estats en 1864. Un Russell passablement déçu par le manque de difficultés de l’ascension.
Maurice Gourdon étrenna l’itinéraire au départ du versant Catalan en 1896, alors que le poète Jacint Verdaguer avait déjà en 1883 ouvert une voie en passant par le couloir de Riufret. (Source Pyrénées Team.com)

Données indicatives :

Dénivelée ++    →   +/- 2689 mètres
Dénivelée —    →   +/- 2689 mètres
Durée totale    →   3h30 le premier jour pour atteindre le refuge de l’étang de Pinet.  11 h20 (A/R) environ pour les trois pics par la grande boucle. (2ème jour)
Dépense calorique    →   environ 6500 calories

 

Randonnée du 30 et 31 juillet 2008

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *