Sélectionner une page

Le Taillon

Le Taillon est une véritable autoroute vers les 3100 mètres. Ne présentant aucune difficulté majeure, il s’avère être, un des 3000 mètres les plus faciles à réaliser. Ses sentiers sont larges comme une autoroute rectiligne.

Comment s’y rendre ?

Parcours de randonnée

Le parcours de cette randonnée comporte des zones à risques avec le passage de certaines arêtes sommitales qui demandent la plus grande vigilance. Randonnée Passion tient à rappeler qu’elle ne saurait être tenue pour responsable en cas d’accident. Cette page a pour but le récit et non l’incitation.

Un parcours somptueux au sein du merveilleux site classé de Gavarnie.

Laisser le véhicule au col des tentes (2208 m) puis remonter à pied en direction du port de Boucharo (sur la gauche – 2270 m). À l’intersection du Port de Boucharo, vous apercevrez un panneau vous guidant sur la gauche en direction du refuge des Sarradets ou de la brèche de Rolland.

Le parcours en est ensuite très simple.

Il vous faudra à la sortie de la brèche de Rolland, prendre sur votre droite afin de remonter en direction du sud-ouest et repérer la fausse brèche de Rolland qui se trouve à la côte 2975. À la fausse brèche, le sentier cairné contourne la fausse brèche par le nord-ouest et vous fera passer devant une petite grotte avec en son dessus, une plaque commémorative. Le sentier cairné remonte en direction du Taillon, plein ouest et son tracé en est clairement cairné et identifiable sans aucune source d’erreur.

Vous pourrez, une fois le Taillon effectué, faire dans la même journée, l’ascension de la Tour (3009 m) en redescendant via la brèche de Rolland, puis en longeant toujours le versant espagnol afin de passer le pas des isards en prenant en direction du Casque du Marboré. Suivre ensuite le sentier cairné en le remontant par le nord-ouest jusqu’à l’intersection séparant « le casque » de « la tour ». En prenant en direction de la tour, remonter un couloir cairné d’ou vous apercevrez le sommet de « la Tour », puis sur la droite, un autre sentier aérien menant en direction du pic du Marboré et du Mont Perdu.

Les derniers mètres de la Tour sont aériens, ils vous demanderont beaucoup de vigilance, car il vous faudra mettre les mains afin de prendre une petite cheminée d’une hauteur d’environ une quinzaine-vingtaine de mètres. Puis, vous arriverez enfin sur le plateau de la Tour (3009 mètres). Le retour s’exécutera par le même chemin.

L’histoire en question

Le station de Gavarnie est située dans le parc National des Pyrénées, à une altitude de 1565 mètres, juste au-dessus de Gèdre qui elle-même culmine à 1011mètres. Gavarnie est le plus haut village des Hautes Pyrénées. D’abord un hameau de berger au Xème siècle, il se développe petit à petit du fait de la proximité du port de Boucharo qui est le passage le plus court et le plus pratique entre la France et l’Espagne pour les commerçants et les pèlerins de Saint Jacques de Compostelle. En 1842, Gavarnie devient une commune. C’est vers cette époque que sa population atteint son maximum avant d’entamer un lent déclin.

La fin du XVIIIème et tout le XIXème siècle voient défiler des personnages qui se passionnent pour le massif de Gavarnie et vont le faire découvrir au monde entier : Ramond De Carbonnière, Henry Russell, Victor Hugo, Schrader, mais aussi Émile Zola. Ils sont botanistes, topographes, écrivains romantiques, pyrénéites, peintres, photographes, et tombent tous amoureux de la grandeur, de la beauté du site. Accompagnés des guides les plus célèbres des Pyrénées tels que Rondou et Laurens, Hippolyte et Célestin Passet, François Bernat-Salles, Henri Courtade, ils vont courir le massif à la recherche de plantes, de roches, de passages, d’ascensions.
Aujourd’hui le village vit principalement du Tourisme, et l’hiver, les cascades gelées de la muraille du cirque voient arriver les aventuriers des dernières trouvailles du pyrénéisme de difficulté : l’escalade sur glace.

En décembre 1997, l’Organisation des Nations Unies pour la Science, la Culture et l’Éducation (UNESCO), a distingué le massif Gavarnie Mont Perdu en l’inscrivant sur la liste du patrimoine mondial de l’Humanité pour la qualité de son patrimoine naturel et culturel.

Couronné de sommets enneigés, le cirque glaciaire de Gavarnie forme un amphithéâtre naturel monumental, à la verticalité vertigineuse. Un endroit saisissant où des cascades immenses s’étiolent dans la lumière de l’été et où il n’est pas rare de voir planer un vautour fauve, comme inspiré par les mages.

Données indicatives :

Dénivelée ++    →   +/- 1270 mètres
Dénivellée —    →   +/- 1220 mètres
Durée totale    →   +/- 08h30 environ (Le Taillon + La Tour du Marboré & retour à Boucharo)

Randonnée du 20 août 2006

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *