Sélectionner une page

Pic du Midi d’Ossau

Montagne emblématique des Palois, sa forme de canine se voit de tous les points du Béarn. Ce menhir implanté par le ciel est gigantesque et en fait une montagne belle et respectable. Le Pic du Midi d’Ossau offre une inimitable vue à 360° surplombant les splendides lacs d’Ayous. Mais ne vous y trompez pas, sous son aspect attirant et élégant, la perle Ossaloise reste une montagne très technique et éprouvante sur le plan sportif.

Comment s’y rendre ?

Depuis Laruns en venant de Pau, prendre la D.934 en direction du col du Pourtalet, passez Gabas, puis passez devant le lac de Barèges. Environ 1,5 km avant d’arriver au col du Pourtalet, vous avez un parking en épi sur votre gauche dénommé le parking d’Anéou. Vous êtes arrivé au départ.

Carte IGN Ossau Vallée d’Aspe – référence 1547 OT
Représentation satellite Google Earth
Autre documentation fortement conseillée: Rando Editions de Georges Véron (ASPE-OSSAU)

Parcours de randonnée

Le parcours de cette randonnée comporte des zones à risques avec le passage de certaines arêtes sommitales qui demandent la plus grande vigilance. Randonnée Passion tient à rappeler qu’elle ne saurait être tenue pour responsable en cas d’accident. Cette page a pour but le récit et non l’incitation.

Le sentier est très bien balisé, et ce, dès le départ du parking d’Anéou à 1720 m. Vous laisserez sur votre gauche le cirque d’Anéou avec sa cabane de berger afin de descendre pour passer sur un pont de bois vers le nord-est. Regardez au loin, car le sentier et très bien balisé et à la hauteur du pont, vous verrez le panneau mentionnant que vous êtes dans le parc national des Pyrénées. Remontez continuellement le sentier en direction du nord, et arrivant à une intersection, vous apercevrez des panneaux indiquant la direction du refuge de Pombie (CAF). Vous serez alors arrivé au col de la Soum de Pombie à 2129 m. Vous prendrez alors la direction du refuge de Pombie que vous attendrez après 1 h 15 min environ de marche totale depuis le départ. Passez le refuge afin de redescendre légèrement en direction de la grande raillère au pied du pic du Midi d’Ossau. Remonter la raillère en direction du col de Suzon, le sentier s’en trouve toujours très bien balisé. Arrivé au col de Suzon (2127 m), vous remonterez à flanc de colline vers le nord-ouest en suivant la ligne de crête en direction du pic du Midi d’Ossau. Le sentier s’en trouve rétréci et vous aurez une vue splendide sur les crêtes de Moundelhs. Puis vous arriverez ensuite après 1 h 50 min de marche, au pied de la première cheminée. Celle-ci mesure environ 15 à 20 mètres et est relativement technique… La cordée est conseillée… ainsi que le port du casque afin de se prémunir des éventuelles chutes de pierres.  Attention également au volume des sacs à dos dont le volume supérieur à 30 Litres peut toucher les parois latérales lors de l’ascension. Que rien ne dépasse des sacs à dos (piolets, bâtons, etc.). Une fois la cheminée franchie, bien entendu la seconde cheminée arrive. Elle est beaucoup plus longue, mais pas forcément plus technique que sa devancière. Elle est cependant impressionnante et l’encordement est conseillé. Celle-ci court sur une trentaine verticale de mètres. La roche permet cependant d’excellentes prises pour les mains et les pieds. Une fois l’obstacle accompli, le sentier continue à flanc vers le nord-ouest. Une petite portion implique encore la présence des mains. Vers 2540 m, l’itinéraire vire à gauche et grimpe vers le sud pour gravir la face d’éboulis. À 2620 mètres, la troisième cheminée se dresse pour une quarantaine de mètres et vous apercevrez à son sommet sur votre gauche, la croix de fer du lieu dénommé le portillon qui vous servira de repaire pour le retour. Ensuite l’ascension se fait jonchée de pierrailles et d’éboulis. Le sentier est toujours très bien cairné. Vers 2830 m, vous franchirez un muret de roche dominant un impressionnant couloir avant de remonter l’ascension en direction du sommet. À 2870 mètres, vous apercevez depuis l’arrête sommitale, la pointe de France culminant à 2878 m et dont vous pourrez en réaliser le détour avant de rallier la pointe d’Espagne ou Grand Pic d’Ossau (2884 m).Le retour se fait par le même chemin.

L’histoire en question

Le pic du Midi d’Ossau (2884m) est nommé chez nous familièrement Jean-Pierre , mot dans lequel les étrangers voient un géant de pierre. Mais la tradition locale veut qu’il fasse référence au fait qu’il y ait une correspondance entre les deux pointes dissymétriques du pic et la coutume ossaloise qui voulait qu’on nommât son fils aîné Jean, et le second Pierre. Jean-Pierre fut vaincu officiellement en mai 1582 par M.De Candale, qui l’estima au jugé à 1100 toises de hauteur, ce qui n’était pas loin de la vérité. C’est le pic référence des béarnais, car il est visible en tous lieux du Béarn, magnifique depuis le boulevard des Pyrénées à Pau ; surprenant depuis la route de Pau à Oloron, car situé dans l’axe des 2 principaux centres béarnais, comme pour mieux en souligner l’importance. C’est la masse lointaine qui manque aux béarnais quand ils s’expatrient loin de chez eux, le repère immuable.
Qui se douterait que notre magnifique Jean-Pierre qui exhibe fièrement ses deux pointes visibles de tous les points du Béarn est en fait un ancien volcan d’une taille phénoménale (on a parlé d’une dizaine de kms de hauteur). Son histoire commence il y a quelques 290 millions d’années vers la fin de l’ère primaire. Alors que la chaîne hercynienne s’érode activement, les derniers soubresauts de sa lente formation entraînent l’ouverture de fissures. À la faveur d’une de ces fissures, les roches en fusion provenant de la partie profonde de la croûte terrestre (50 km) remontent et s’épanchent en surface donnant des coulées de lave. Ainsi naît le volcan d’Ossau qui prend de plus en plus de volume au fil du temps. Lors d’une éruption plus violente que les précédentes, sa partie sommitale s’effondre, formant une dépression circulaire « la caldeira » -ou chaudron-. Le plateau de Bious, les cirques de Moundelhs et de l’Embaradère sont situés à l’intérieur de cette caldeira. Par la suite d’autres éruptions se succèdent sur le pourtour laissant une structure en anneau. Petit à petit, le bassin se comble et à l’ère tertiaire, lors de la formation des Pyrénées, ce qui restait du volcan , c’est à dire l’anneau et les coulées intérieures de la caldeira sont déformés : une partie de la structure venant chevaucher l’autre, ce qui conduit à la forme observée . Sous l’effet du mouvement d’une faille, le volcan éteint se scinde en deux parties . Les reliefs s’érodent et l’édifice volcanique se recouvre de dépôts : c’est la fin du cycle hercynien. Lors de la formation des Pyrénées, la structure annulaire s’est déformée.

L’Ossau eut un voisin au parcours semblable avec le pic d’Anayet d’origine également volcanique . Pour mieux découvrir cet ensemble, on peut toujours faire le tour de l’Ossau qui correspond à la caldeira (compter une bonne journée).
L’ascension du pic lui-même par la voie normale est très délicate avec plusieurs passages difficiles malgré la présence de barreaux dans le roc. Toutes les faces du massif (petit pic, grand pic) sont très prisées par les escaladeurs en tout genre. Les voies d’escalade sont innombrables (on peut trouver des ouvrages qui les énumèrent).

Données indicatives :

Dénivelée ++    → +/- 1220 mètres
Dénivelée —    →   +/- 1242 mètres
Durée totale    →   08 h30 (A/R) environ pour le Grand Pic du Midi d’Ossau
Dépense énergétique    → environ 3800 calories

Randonnée du 14 août 2007

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *